Embrunman 2018

Avant de commencer ce récit, une pensée particulière pour 3 personnes parties bien trop tôt :

  • Alain Souzy qui nous a régalé pendant des décennies pour ses magnifiques tracés des deux  rendez-vous  mythiques que sont : la SAINTE LYON  et le plus vieux RAID cyclo  le LYON MONT BLANC, merci Alain pour ton dévouement, ton engagement au CTL et la belle personne que tu étais.
  • Anthony et Olivier, tous les deux Mach3 « finishers de l’Embrunman »  je les ai peu connus mais vu les nombreux témoignages de sympathie à leur égard, ce sont des personnes qui ont beaucoup compté pour le Club,merci à eux pour tout ce qu’ils ont apporté à MACH3 Triathlon.

*************************

La vidéo de cette belle journée montage réalisé par Corinne et Yves (durée 26') : ICI

*************************

Un Embrunman 2018 particulier car ce 15 août, Véro et Marie (mes Sirènes) m’accompagnent sur ce défi, nous avons fait la préparation vélo ensemble, je leur ai fait part de mon expérience vélo et elles ont beaucoup progressé. Pour une poignée de minutes, les barrières horaires vélo  du col de l’IZOARD et du PONT NEUF  n’ont pas permis à Marie et Véro de poursuivre sur le marathon.

Veromariegeoergsvelo.jpg

Nous avons fait 4300 km vélo pour cette préparation, c’est beaucoup et peu ! Mais avons-nous fait les bons km ? Après un petit débriefing, il s’avère que dans ses 4300 km nous avons fait 1200 km (la Via Rhona  LYON-  LAC LEMAN – MEDITERRANEE en randonnée avec sacoches) puis, en début de saison,  deux brevets AUDAX de 200 km (avec très peu de dénivelé). Si on fait la soustraction nous n’avons fait que 2700 km avec beaucoup de dénivelé. Est-ce suffisant et raisonnable pour venir à bout du parcours vélo de l’embrunman ? … Je suis certain qu’il ne manquait pas grand-chose aux Sirènes pour passer ces barrières horaires. Elles en ont bien conscience et retenteront ce défi dans les années à venir. Je serai présent pour les accompagner dans leur préparation vélo car ce n’est qu’un pur bonheur de pédaler en leur compagnie, elles appliquent remarquablement les conseils donnés. Cependant, il faudra compter au moins  6000 km de vélo avec de forts dénivelés pour cette nouvelle tentative, et il est vrai qu’une préparation à ce genre d’évènement prend du temps car il faut aussi penser à nager, à courir et également  composer avec la vie de famille.

Concernant ma pomme, je suis très heureux d’avoir participé pour la cinquième fois à cet Embrunman et cette année sous les couleurs de Mach3, beaucoup d’encouragements sur les routes, il faut dire que nous étions 13 mach3 sur ce défi, ça fait du monde !

lesmach3.jpg

3h00 : Je suis réveillé par la sonnerie de ma montre, j’ai bien dormi, je sors doucement du Trafic et me dirige très vite réveiller mes Sirènes qui dorment sous tentes.

Après une bonne collation,  je relis avec émotion tous les messages vocaux, les mails et sms d’encouragement. Ça fait du bien de se sentir soutenu car la pression monte mais beaucoup de messages «  Georges, prends du plaisir avant tout…. »

4h00 : Nous regagnons nos petits nids, je m’allonge à nouveau et écoute une musique cool, je fais quelques exercices de respiration.

4h45 : C’est l’heure, mais avant de partir, une très courte séance de Yoga ( 10 mn),  animée par Véro, qui nous fait beaucoup de bien, puis nous nous approchons du parc à vélo, nous sommes au camping « La Clapière » à proximité du départ du Triathlon. L’organisation ouvre le parc à vélo à partir de 4 h 00 (Plan VIGIPIRATE, présentation obligatoire de la  carte d’identité)

5h15 : Nous rentrons dans le parc à vélos, je me dirige vers mon emplacement et installe mes affaires de vélo, de course à pied, puis j’enfile la combine…Tous les mach3 sont au même endroit, cela rassure de voir des visages connus  avant de s’élancer pour les 3 km 800 de natation.

La présence de Doc Jeff est très agréable, il fait partie du club mach3, il  est médecin référent sur cet Embrunman et il s’occupe particulièrement bien de nous, merci Jeff. C’est lui qui fera la photo des treize mach3 qui vont s’élancer sur ce défi.

5h45 : La musique est de plus en plus forte, le speaker annonce le départ imminent des filles qui se jettent à l’eau 10 mn avant les gars.

5h50 : Les filles se jettent à l’eau sous les ovations du public très nombreux à cette heure matinale mais également par tous les gars qui attendent 6 h 00 pour en découdre.

6h00 : Le départ des gars est lancé, oui ça va vite mais pas pour moi, je laisse partir … 1200 participants et je me lance dans une eau à 20 ° C (très correct avec la combine même pas de sensation de fraîcheur), l’appréhension des 3 km 800 de natation s’estompe petit à petit.

7h43 : Je sors de l’eau et  laisse derrière moi à peine une dizaine  de participants, c’est Christian l’époux de Marie qui me l’a dit ! Je prends mon temps pour une petite collation et enfile ma tenue vélo sans oublier de remplir les poches de barres énergisantes, de figues sèches, et un gel. Jeff est là pour quelques mots d’encouragements.    

georgessortieeau.jpg

7h52 : Je sors du parc à vélo sous l’ovation du public très nombreux, beaucoup de supporters mach3 et  je pars pour ma balade de 188 km, j’ai les jambes et je me mets à rattraper des participants.

Je rattrape Marie juste avant Baratier, elle est souriante, tout va bien. Arrivé à Baratier, beaucoup de supporters, ça fait du bruit, c’est bon de se sentir soutenu, je demande à Yves comment va Véro, il me dit qu’elle est à 5 minutes.

Ensuite arrive la montée sur les balcons de la Durance, j’envoie, j’ai les jambes … je double de plus en plus de participants, je rattrape Véro qui a la niaque et qui ne lâche rien…un sourire qui en dit long sur l’état de sa forme.

Quelle surprise, à Saint Clément c’est mon Gillou (Gilles D) qui m’accompagne durant quelques kilomètres à vélo, Gilles était sur l’Embrunman l’an dernier et m’encourage à son tour sur ce défi, merci Gillou.

Les jambes répondent jusqu’au pied du maestro « le col de l’Izoard », et la …Aie ! Un mal de dos s’installe, j’ai oublié de vous dire que cette année j’ai procrastiné la piscine et même si j’améliore mon temps, j’ai fait la moitié du parcours natation en brasse ce qui n’est pas bon pour le dos et les genoux. Je le paie cach dans ce début d’ascension que je trouve particulièrement dur cette année et le doute s’installe, le compteur affiche 7,5...8 Km / h …

Corine et Yves me dépassent à moto, Corine avec la Go Pro, ils comprennent que je souffre durant ces premiers kilomètres.

A deux km de casse déserte, j’oublie la douleur du dos en pratiquant une respiration courte (apprise par Véro et que nous avons pratiqué en faisant du Yoga). Les jambes sont à nouveau là ce qui me permet de laisser la barrière horaire de l’Izoard à 15 mn.

Georgesizoard.jpg

Françoise et Jacky sont présents au col de l’Izoard, Corine et Yves également, qu’est-ce que ça fait du bien et qu’est-ce que c’est rassurant de voir tous ces visages qui n'envoient que des ondes positives, merci à tous. Je récupère mon ravito perso et à ce moment-là il est 12h55  pour une barrière horaire 13h10

J’enfourche mon vélo pour une descente prudente, cependant je verrai un 72 km / heure sur le compteur !

Après Briançon, j’envoie à nouveau, je me suis refait, j’ai à nouveau les jambes et juste avant 14h30, je suis au pied de la côte «Palon» pour ceux qui ne savent pas « Palon » comme son nom l’indique c’est court mais du vrai dur ! « Palon » passe bien pour Georges. Juste avant le pont neuf je rattrape Laurent qui n’est pas au mieux, un petit clin d’œil de connivence allez Laurent ! ça va le faire, plus qu'une bosse !

J’arrive à 15h48 au pied de Chalvet, la bête noire de tous ceux qui connaissent l’Embrunman.

Je vois Christian, Camille, Clément qui m’encouragent, que du bonheur ! Après 178 km de course il reste 5 km avec de forts pourcentages avant d’arriver au parc à vélo.  Tout se passe bien dans Chalvet. J’arrive au parc à vélo vers 16h38, mon chrono  n’est pas le meilleur. Je suis heureux car il me reste pas loin de 6 h 30 mn pour faire le marathon. A cet instant je sais que je serai Finisher Embrunman 2018 car, même en marchant, j’irai  au bout. Doc Jeff est là pour la photo et me propose un massage que deux jeunes filles de l’école de kiné de Marseille s’empressent de me faire  …merci Jeff. Avant de démarrer le parcours course à pied, Laurent arrive, il n’est pas bien, il ne peut plus rien avaler, je lui propose de l’eau avec de la menthe poivrée, il acquiesce, et ça lui fait du bien ! …

Georges parc à vélo.jpg Laurent menthepoivrée.jpg

16 h 48 : Je pars pour les trois boucles de 14 km, j’entame la première boucle et sur la digue je vois une amie d’enfance :  «ma Zouze» (nos mamans respectives étaient ensemble à la maternité) . Elle est là pour m’encourager ! Quelle surprise !! Qu’est –ce que cela fait plaisir !! Merci ma Zouze.

J’alterne marche et course sur les trois boucles de 14 km, Didier mon cousin m’accompagnera avec son vélo sur pratiquement la totalité d’un tour : merci mon Didier. Que d’encouragements des enfants mach3 et accompagnants, c’est plus facile de réussir un triathlon en étant encouragé comme je l’ai été.

Je passe la ligne d’arrivée, cette année toujours pas d’accompagnateurs, mes proches ne peuvent pas partager ce moment (Plan VIGIPIRATE). Très heureux d’être finisher Embrunman 2018 en 16 h et 26 mn ! Nous serons 900 finishers (ou Fadas comme vous préférez) sur cet Embrunman.

A 23 heures, je rejoins, Marie, Véro, Corinne, Christian, Didier, Clément et Yves, pour une bonne bière et une énorme glace qui me requinquent.

Je remercie tous ceux qui en ce 15 août m’ont facilité la tâche par leur présence, leur sms, leur mail, leur pensée et m’ont permis de me pousser dans les moments difficiles.

J’associe à ces remerciements mes copines Marie et Véro avec qui j’ai préparé cet Embrunman, nous avons passé des heures, des journées, des Week End ensemble, et toujours dans la bonne humeur, dans la joie, dans l’empathie, dans la compassion. Un vrai bonheur partagé, un plaisir de vous compter  parmi mes amies les plus chères,je suis sûr que je vous accompagnerai une nouvelle fois  sur ce défi, vous n’avez plus qu’à choisir l’année.

J’en termine et reste persuadé que nous possédons tous l’énergie suffisante pour réussir des défis. Défis contre la maladie, sportifs, personnels  ou professionnels (avec modestie, avec humilité  et en laissant l’égo de côté).

J’aime les défis et vous invite à en faire de même, mais attention !

CHACUN SON EVEREST ! C’est dans la difficulté, dans l’effort soutenu que jaillit le bonheur, en tout cas c’est ma vision des choses …  Souffrir rime avec plaisir….. Je ne peux finir ce résumé sans citer  la maxime d’un de mes amis, maxime dont j’use et j’abuse :

"TOUTE SENSATION AGREABLE EST LA BIENVENUE"

Georges

*************************

La vidéo de cette belle journée montage réalisé par Corinne et Yves (durée 26') : ICI

  


Date de création : 21/08/2018 # 07:42
Dernière modification : 21/08/2018 # 07:42
Catégorie : - année 2018
Page lue 860 fois