DEFI BUGISTE 2018

Heureux d’avoir bouclé ce quatrième Défi Bugiste en compagnie d’Alain, le recordman de ce défi avec 6 réalisations et qui, avec Odile, sa moitié, nous accueillent depuis plusieurs années dans cette belle maison familiale. Merci Odile, merci Alain.

Il y avait également  Michel,  Jean Pierre et Thomas. Jean Pierre et Thomas ont déjà à leur compteur plus de 13000 km (ils nous ont même dit qu’ils peuvent dormir sur le vélo … lol).

Pour Florian; une autre affaire : beaucoup de mal à manger dès la première ascension, des nausées, c’est dur, il décide et à juste titre d’abandonner après la quatrième ascension. C’est la bonne décision, mais le connaissant bien, je sais qu'il va remettre le couvert dans très peu de temps.

Paysage 1.jpeg paysage 2.jpeg

paysage 3.jpeg
Vue sur le lac du Bourget et la Chambotte, col du Chat...

En résumé, le Défi Bugiste consiste à gravir les quatre faces du col du Grand Colombier et les deux faces du col de la Biche dans la journée pour plus d’infos, vous pouvez consulter le site ICI où vous trouverez le règlement, le parcours, palmarès, etc …

Ce samedi 16 juin, il y avait ceux qui tentaient pour la première fois, ceux pour qui tentaient  la Xième fois le Défi Bugiste... Et nous étions accompagnés des frangines Véro et Marie qui rentrent dans la confrérie des Maîtres Fêlés du Colombier : elles ont réussi à gravir entre  6h30 et 15h, trois faces du Colombier dont la plus difficile passant par Virieux le Petit (Tour de France l’an dernier)...chapeau bas les filles !

Qu’est-ce que la Confrérie des Fêlés du Colombier ? les détails sur le site lien direct ICI

Détail de cette journée :

Il est quatre heures et 15 mn quand nous enfourchons nos montures, tout est calme, c’est génial de rouler la nuit, nous écoutons le silence, besoin de très peu d’éclairage.

Jean Pierre et Thomas donnent la cadence qui est bien trop élevée pour le restant du groupe, et puis nous sommes seulement dans la première ascension, il faut ménager sa monture «Chi va piano, va sano, chi va sano va lantano ! ». La température est douce et ce n’est que du bonheur dans cette première ascension du col de la Biche, les forts % ne font même pas mal aux jambes, nous sommes tous bien frais après cette première difficulté.

Après avoir pointé au col de la Biche, nous amorçons une descente prudente (il fait encore un peu sombre), puis nous arrivons à Anglefort (pointage) pour la première ascension du col du Colombier. Tout se passe bien dans cette ascension, cependant Florian a du mal à s’alimenter, il est également épuisé d’une semaine professionnelle très chargée.

Il est  7h quand nous arrivons au Grand Colombier, 1/3 du défi est réalisé, nous sommes heureux et surtout encore bien frais et nous avons l’agréable surprise de voir Véro et Marie terminer leur première ascension. Bravo elles sont dans les temps ! La descente par Lochieu est plus adaptée que par Virieux le Petit où les % de plus de 17 % ( sur environ deux km) ne sont pas rassurants.

Une fois arrivés à Artemare (pointage), nous entamons l’ascension la plus difficile du jour, celle qui passe par Virieux le Petit avec les % précités.

Il est 10h30 quand nous arrivons pour la deuxième fois au col du Grand Colombier, une bonne collation, photo avec l’organisation, nous prenons un petit moment pour échanger avec Michel PELISSIER le créateur «Des fêlés du Colombier et du Défi Bugiste ». Et alors que nous allions entamer la descente par  Anglefort, Véro et Marie en finissent avec l’ascension la plus difficile. Elles sont dans les clous et fières de ne pas avoir mis pied à terre sur les deux km à plus de 17 %, encore une fois bravo !

Ensuite, direction la deuxième face du col de la Biche. Et là c’est sous une chaleur étouffante que nous faisons cette ascension, Florian  fera la descente avec nous jusqu’à Champagne.

Arrivés à Champagne, Florian qui ne peut rien avaler, décide d’abandonner ; très sage décision Flo ! et nous voilà repartis pour la troisième ascension du Colombier  par Lochieu (la plus facile)  et la cinquième de la journée.

Tranquillement nous faisons cette ascension et c’est vers 16h que nous sommes au col. Véro et Marie nous attendent pour la photo, heureuses et souriantes, elles ont terminé leur objectif : les trois faces du Grand Colombier encore une fois Bravo... Belle performance !

Georges Véro et marie.jpeg

Petite collation à la voiture et puis c’est parti pour la descente et la dernière ascension par Culoz. Certes c’est difficile pour tout le monde et c’est en grands vainqueurs que nous nous congratulons au sommet du Grand Colombier, il est à peine 19h.

Nous sommes "cuits", on a souffert mais qu’est-ce qu’on aime ça, encore une fois merci pour ce beau et merveilleux défi concocté par la Confrérie des Fêlés du Colombier dont le chef est Michel PELISSIER.

Nous serons au rendez–vous l’an prochain pour tenter un autre Défi Bugiste, c’est déjà au programme.

Nous tenons à vous remercier pour  tous les mails et sms qui nous ont poussés dans ces % de malades, je vous l’accorde nous sommes bien en quelque sorte des Fêlés, des Cinglés, des Fondus, bref de  grands FADAS.

Le parcours de Thomas enregistré sur strava et quelques photos :  ICI 

Georges


Date de création : 18/06/2018 # 11:36
Dernière modification : 18/06/2018 # 11:36
Catégorie : - année 2018
Page lue 501 fois